À propos

 

Dans un monde où foisonnent les étiquettes comme unités de communication, où l’écoute se fait rare, où l’on néglige de plus en plus l’humain au profit de grandes structures économiques qui dictent le fonctionnement des individus et restreignent leur liberté d’expression, nombre de personnes se trouvent désavantagées et peinent à se faire une place, à se faire entendre.

Les éditions Les Très Mal Entendus sont établies au Québec depuis 2012. L’entreprise se veut, par la publication de témoignages, un outil de conscientisation sur des injustices de toutes sortes et des réalités humaines non reconnues par la majorité de la population.

Injustices

Des injustices peuvent toucher des gens de tous milieux et se présenter dans différents contextes : environnement familial, conditions socioéconomiques, milieu culturel, éducation, milieu du travail, soins de santé et autres services aux citoyens, accès aux ressources, accès à la parole… Les formes d’injustice peuvent varier et chaque individu éprouvé peut choisir d’en cibler les canaux par lesquels il les a subies : traitement parental inadéquat (violence, négligence, incompétence), traitement institutionnel aliénant, manipulation médiatique des informations, lois inéquitables ou mesures de protection absentes, abus de pouvoir de certains individus ou groupes privilégiés, etc.

Par la transmission de témoignages intimes, nous cherchons à faire valoir l’incidence de telles injustices sur chaque personne particulièrement touchée.

Réalités humaines non reconnues

Outre les injustices qui sont déjà dénoncées par plusieurs groupes, certaines demeurent inaperçues, parce qu’elles concernent des vécus individuels tabous. Chaque individu expérimente la vie d’une manière unique, certes, et il a la responsabilité de composer avec l’altérité qui l’entoure. Mais il existe des aspects partagés par plusieurs, voire par une majorité, et qui restent pourtant censurés, terrés dans l’irrecevable. Faire sortir ces réalités humaines au grand jour pourrait profiter à un grand nombre de personnes, qui se trouvent réduites au silence en raison de dimensions d’elles-mêmes qui débordent les étiquettes collectivement fabriquées, même les plus modernes de ces étiquettes, celles qui se présentent comme les désignations les plus avant-gardistes. Les appellations courantes, qui prétendent donner une place à chacun dans la société, entretiennent en fait l’ignorance de la complexité de l’humain. Et c’est là qu’une injustice cachée s’opère : le refus social de ce qui ne cadre pas avec les conventions contemporaines.

Nous prônons donc le dépassement de l’action de « s’afficher » (qui consiste souvent à porter une affiche préconçue par une collectivité), pour dévoiler des composantes plus profondes de l’humain en soi.

Briser les tabous

Injustices des autres ou conjonctures fortuites, les drames vécus en silence sont nombreux et devraient être reconnus.

! Ici, aucun sujet n’est tabou, toute expression de souffrance est légitime, toute remise en question mérite l’attention.

!Ici, la colère et l’indignation sont bienvenues, pourvu qu’elles débouchent sur un enseignement, un nouveau savoir.

!Ici, on ne juge pas le vécu, et l’apport expérientiel de chaque individu est précieux.

!Ici, déranger l’ordre social est considéré comme un incontournable pour permettre l’évolution de l’humanité, et la liberté d’expression est sacrée. C’est pourquoi nous autorisons des témoignages qui risquent de choquer par leur authenticité, et nous les soutenons s’ils portent des messages à visée constructive, pour une société qui respecte les droits de tous dans la coexistence.

 

Les commentaires sont fermés.